Article n°1: L’apparition de la matière grasse, comprendre son origine, son évolution et ses complications pour mieux vous en débarrassez !

À la suite de mon bref questionnaire, vous avez voté pour :

  • La perte de masse grasse à 74%
  • L’équilibre alimentaire et les fréquences de consommation à 50%
  • La récupération à 38%
  • Puis la prise de masse maigre et les micronutriments à 24%

On va donc commencer, au fils de plusieurs articles, par comprendre les mécanismes de la perte de poids, le rôle de la nutrition et les aliments ayant un rôle majeur dans ce processus.

Avant d’entrer plus dans le détail et le véritable sujet de la perte de poids, il est primordial de faire un état des lieux de notre société.

De comprendre pourquoi cette démarche paraît importante aujourd’hui, plus qu’elle ne l’a jamais été.

Alors qu’est-ce que l’obésité et son ampleur à travers la population ?

Selon l’OMS, l’obésité correspond à « un excès de masse grasse entraînant des conséquences néfastes pour la santé ».

C’est un fléau qui ne cesse d’augmenter avec une multiplication par quasiment 3 d’obèses dans le monde depuis 1975. Plusieurs facteurs sont bien sûr en cause avec une diminution massive de l’activité physique que ce soit par la pratique d’un sport.

Ou tout simplement par la simplification des tâches avec l’utilisation d’outils de plus en plus technologique qui ne demande presque plus les qualités physiques de l’être humain.

Bien entendu, la modification du mode alimentaire est une cause majeure de l’augmentation de ce « type » d’être humain, avec :

  • L’abandon de la cuisine familiale pour les plats industriel ultra-transformé passant de 0,9% en 1960 à 3,9% en 2014, 
  • La diminution du temps de la prise des repas à domicile (- 25 % entre 1986 et 2010), 
  • La diminution de la consommation de fruits et légumes de 18% en 1960 à 15,5% en 2014, 
  • Une augmentation de la consommation de produits sucré passant de 5% en 1960 à 6,8% en 2014

Une prédisposition génétique à la prise de poids peut rendre compte de ces différences de susceptibilité individuelle à l’obésité. Un individu a 2 à 8 fois plus de chances d’être obèse si des membres de sa famille le sont eux même. Plusieurs équipes françaises, de l’Inserm et du CNRS, ont identifié de nombreux gènes impliqués dans la prise de poids, l’obésité sévère et/ou les complications de l’obésité

Le rôle de l’environnement semble largement aussi important. L’horloge biologique est régulée sur environ 24 heures pour les différentes fonctions de l’organisme et le métabolisme. L’insuffisance de sommeil, l’irrégularité des repas ou encore le travail nocturne perturbent cette horloge et augmentent le risque de surpoids. Mais le stress, certains médicaments, des virus, la composition du microbiote intestinal, l’exposition à des polluants sont vraisemblablement aussi des facteurs à incriminer. Des expositions et des événements précoces au cours de la vie ont aussi leur importance, y compris ceux qui surviennent avant la naissance, voire avant la gestation. Six facteurs de risque prénatal de l’obésité ont été identifiés : tabagisme maternel, diabète ou surpoids maternel, prise de poids excessive pendant la grossesse, déficit ou excès de croissance du fœtus, et milieu socioéconomique défavorable.

Globalement selon l’OMS en 2016 39% des adultes sont en surpoids et 13% en obésités (11% des hommes et 15% des femmes). Ce qui représente plus de 1,9 milliard d’adultes qui étaient en surpoids. Sur ce total, plus de 650 millions étaient obèses. En France (2016) cela représente 17% d’adulte en obésité soit environ 8 millions de personne.

Cette maladie est reconnue comme étant la 5e cause de mortalité à travers le monde. Il y a donc une grande nécessité à modifier notre mode de vie, de production et de consommation.

Quelles sont les complications de cette pathologie ? 

Complication de l’obésité :

  • Diabète type II (44% des cas imputable à l’obésité)
  • Maladie cardiovasculaire (23% des cas imputable à l’obésité)
  • Maladie hépatique
  • Maladie rénale
  • Malade respiratoire
  • Maladie articulaire
  • Etc.

La réduction de l’obésité et du surpoids est d’ailleurs un objectif clairement établit par le Plan National Nutrition Santé (PNNS) en donnant des repères de consommation aux Français. Nous aborderons ces sujets plus tard        

L’obésité étant tout d’abord due à un mode de vie mal adapté à l’organisme, la prise en charge vise tout d’abord à changer cela. Un suivi diététique et une activité physique sont souvent conseillés.

Nous verrons dans le prochain post quelles sont les mesures utilisées pour mesurer le poids, la masse graisseuse, les normes actuellement en vigueur … 

Bibliographie :

Article réalisé par FOURNIER Maxime, étudiant Master 1 Nutrition Sportive